Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

dimanche, 16 mars 2014

Stones à Paris... 13 juin ... La rumeur qui nous fait saliver !!!!

Stones Paris JUIN 2014.jpg

vendredi, 28 février 2014

Les Stones à Abu Dhabi

Mick Jagger, Keith Richards et la bande des Rolling Stones étaient hier soir à Abu Dhabi.

Notre reporter Benjamin Locoge aussi (Paris Match).

 

stones abu dabhi.jpg

 

Ils ne s’étaient jamais produits dans les Emirats. Pour la première fois de leur longue carrière (52 ans d’existence), les Rolling Stones jouaient hier soir à la DU Arena d’Abu Dhabi, soit un petit stade en plein air pouvant accueillir 30 000 personnes, pour le lancement de leur nouvelle tournée mondiale «14 on tour».

Les places les plus chères (environ 600 euros) n’ont pas été prises d’assaut mais l’arène affiche quasiment complet quand les lumières s’éteignent à 20H50. Sans chercher à impressionner les Stones attaquent avec un « Start me up » usé jusqu’à la corde. Le ton est donné : ce soir les Glimmer Twins ne veulent pas impressionner mais simplement dérouler leurs plus grands tubes devant un public qui ne les a jamais vus.

 

Evidemment Mick Jagger mène le bal, svelte, très séduisant avec ses cheveux mi-longs. Derrière Keith Richards semble sorti de la naphtaline mais cela ne l’empêche pas de jouer comme un Dieu. «It’s only rock’n’roll» et «You got me rocking» sonnent fort, juste. Ron Wood prend les solos, Darryl Jones fait rugir sa basse, mais tout le monde se tourne vers Chuck Leavell quand il s’agit de démarrer.

Ce soir, les Stones paraissant appliqués, concentrés, Ron et Keith jouant «en bloc» devant Charlie Watts, imperturbable. Le dispositif scénique n’a rien de la grandeur passé. Une vaste avancée dans la foule permet à Mick d’exercer quelques petites foulées et un immense écran géant occupe le fond de scène. C’est sobre mais diablement efficace.

 

Keith s’empare du micro, que Mick lui laisse sans un regard…

 

Rarement jouée « Emotional rescue» fait danser la foule (plutôt âgée devant, incroyablement jeune derrière). Malgré leurs 278 ans à eux quatre, les Stones vont à l’assaut du public comme s’il s’agissait de leur premier concert. Impérial Jagger harangue les spectateurs, rigole avec eux. «Avec Keith nous sommes allés au Ferrari world (un musée d’Abu Dhabi consacré à la marque italienne). Nous avons acheté des voitures, mais quand nous avons voulu les essayer sur le circuit, nous n’avons croisé que des vélos… » Saluant les différents émirats, Jagger est ovationné lorsqu’il évoque «les gens venus de Dubaï» après une version de «Angie» bien foutue. «Paint it black» fait rugir la foule, comme «Honky Tonk women».

Quand Keith s’empare du micro (que Mick lui laisse sans un regard…), c’est pour interpréter «Slipping away». Peu habitué à cette chanson, Richards rate l’intro et doit la recommencer.

Il est discrètement accompagné du souriant Mick Taylor, ancien guitariste devenu invité de luxe sur chaque show depuis 2012.

Ce même Mick Taylor fait littéralement décoller le concert avec une version d’anthologie de «Midgnight rambler», Jagger semblant enfin avoir trouvé un complice avec qui échanger sur scène. La suite sera l’habituel déroulé de tubes, avec fougue et électricité, un peu trop en roue libre parfois. Si «Miss you» fait danser Abu Dhabi, «Gimme Shelter» est massacré par Lisa Fischer, la choriste, s’époumonant un peu trop. En rappel, les Stones ont fait appel à un chœur local pour les accompagner sur «You can’t always get what you want». Difficile de ne pas être ému par cette version spectaculaire.  «Satisfaction» clôt les débats au bout de 2h05 d’un spectacle impressionnant de maîtrise et de classe. Hier soir à Abu Dhabi les Rolling Stones étaient les rois du monde.

 

Ils seront à Paris mi-juin pour le prouver une fois encore au Stade de France.

 

Setlist du 21 février, Du Arena, Abu Dhabi

1/ Start me up
2/ It’s only rock’n’roll
3/ You got me rocking
4/ Tumbling Dice
5/ Emotional rescue
6/ Angie
7/ Doom & gloom
8/ Paint it black
9/ Honky Tonk Women
10/ Slipping away
11/ Before they make me run
12/ Midnight rambler
13/ Miss you
14/ Gimme Shelter
15/ Jumpin’ Jack Flash

Rappel
16/ Sympathy for the Devil
17/ Brown Sugar

 http://www.parismatch.com/Culture/Musique/Hier-soir-a-Abu...

vendredi, 14 février 2014

ALERTE ! Rolling Stones à Paris ?????

Rolling Stones: un concert surprise à Paris?

Une rumeur lancée la semaine dernière pariait sur un concert surprise des Rolling Stones lundi, dans une petite salle parisienne. Mais selon nos informations, il ne devrait avoir lieu que plus tard cette semaine.

Mick Jagger, Keith Richards et Ronnie Wood, trois des quatre membres des Rolling Stones, en concert à Glastonbury, le 29 juin 2013. (Andrew Cowie - AFP)

Mick Jagger, Keith Richards et Ronnie Wood, trois des quatre membres des Rolling Stones, en concert à Glastonbury, le 29 juin 2013. (Andrew Cowie - AFP)

Pas de concert surprise des Rolling Stones lundi, comme le voulait une rumeur. Mais selon nos informations, le groupe pourrait cependant se produire devant quelques "happy few" plus tard cette semaine à Paris.

A l'origine de cette info, la présence du groupe à Paris, en répétitions dans les studios de Bondy, en Seine-Saint-Denis. Sauf que lundi après-midi, toujours pas de vente de billets et rien sur le compte Twitter officiel du groupe.

Un précédent au Trabendo en 2012

Coutumiers de ce genre d'opérations, les vétérans du rock s'étaient ainsi produits en octobre 2012 au Trabendo, devant 350 chanceux. L'information avait été confirmée sur le compte Twitter officiel du groupe, qui avait posté, le jour même: "350 billets sont mis en vente au Virgin Megastore des Champs Elysées, à MIDI, aujourd'hui, au prix de 15 euros".

 La seule information officielle sur le groupe à se mettre sous la dent, n'est pas très musicale: Keith Richards est grand-père pour la cinquième fois, depuis le 6 février dernier. Sa fille Angela, fruit de ses amours avec Anita Pallenberg, a donné naissance à un petit garçon

http://www.bfmtv.com/divertissement/rolling-stones-un-con...

 

@Avec mon ami jean pierre nous sommes partis à Paris pour espérer voir un concert des Stones qui devaient se produire au Bataclan le 14 février. Keith et Jagger se sont pris le chou et le concert a été annulé le 13 février.

Nous avons pris métros puis RER et le reste à pieds jusqu'au studio a Bondy dans l'espoir de pouvoir rentrer mais malheureusement, après une lueur d'espoir tout s'est écroulé.

Et puis le 14 mon ami David me téléphone et me dis "file au studio les Stones vont faire rentrer des fans".

Mais malheureusement nous avions mon ami et moi modifier les billets de trains et impossible de repartir au studio.

Pas de regrets car ils n'ont fait rentrer que 27 fans.

Mais je ne lâche rien, ils reviennent au mois de mai et là, nous camperons devant le studio

Dino Aspettati

 

@Le compte rendu de cette putain de soirée !

 

http://www.rtl.fr/actualites/culture-loisirs/musique/arti...

 

Hey ! Bien difficile d'être un "VIEU FAN" des Cailloux. J'ai du mal à me faire à l'idée qu'à LYON, en 2007, c'était la dernière fois que je les aurais vus.

Rockin’Daddy

samedi, 21 décembre 2013

La tournée des 70 ans de Keith !!!!

 

Keith Richards a fêté ses 70 ans guitare en main

 

 

Keith Richards, guitariste légendaire et cofondateur des Rolling Stones, a fêté mercredi ses 70 ans en préparant une nouvelle tournée avec son éternel compagnon de route, le non moins célèbre et non moins excessif Mick Jagger.

 

stone free

 

Keith Richards © Reuters

 

L'excentrique Keith Richards célébrera non seulement ses 70 printemps, comme l'a fait le chanteur des Stones fin juillet, mais aussi ses 30 ans de mariage avec l'ancien top-modèle Patti Hansen, qui lui a donné deux filles, Theodora et Alexandra. L'artiste britannique a également trois autres enfants issus d'une union précédente avec l'actrice Anita Pallenberg.

Bandeau autour de la tête, chemise ouverte, voix caverneuse et visage marqué par les années d'excès et de plaisir: l'apparence de Keith Richards incarne l'essence même du rock and roll.

stone free

Keith Richards: Life © Robert Laffont

 

"Je le fais pour moi"

 

Keith Richards prépare en outre une énième tournée avec ses acolytes des Stones, qui commencera le 21 février 2014 à Abou Dhabi, et sera tout simplement baptisée:

"14 on fire"  (14 en feu).

 

stone free

 

 

"Les gens me demandent: 'Pourquoi tu n'arrêtes pas?'. Je crois qu'ils n'ont pas bien compris. Je ne fais pas ça uniquement pour l'argent, ni pour eux. Je le fais pour moi", écrivait Richards dans "Life", son autobiographie publiée en 2010. 

Beaucoup d'eau a coulé sous les ponts depuis que Keith a quitté Dartford, localité de la banlieue de Londres où vivait sa famille, issue de la classe ouvrière, avant de rencontrer en attendant le train Mick Jagger, qu'il connaissait déjà de l'école primaire, et de former ensemble en 1962 ce qui est aujourd'hui l'un des groupes de rock les plus célèbres au monde. Ensemble, ils vont co-écrire la grande majorité des chansons des Stones et, en parallèle avec leurs concurrents des Beatles, révolutionner la musique populaire des années 1960.

 

L'âme des Stones

 

Richards affirmera son style avec ses "riffs" légendaires, devenant gravé dans les mémoires avec des titres comme "Satisfaction", "Jumping Jack Flash", "Sympathy for the Devil" ou "Start Me Up".

 

Richards et Jagger achèveront de peaufiner leur légende en mettant en avant leur côté mauvais garçon, surtout Keith: femmes, drogues, alcool, scandales et autres incarcérations marqueront leurs années 1960 et 1970, avant la mort tragique de l'autre guitariste fondateur du groupe, Brian Jones, en 1969.

 

Pour beaucoup de fans, l'éternel rebelle Richards reste l'âme même des Stones, plus encore que le dandy Mick Jagger.

 

http://focus.levif.be/culture/musique/keith-richards-a-fete-ses-70-ans-guitare-en-main/article-normal-11904.html

mercredi, 30 octobre 2013

Lou Reed.... Le rideau est tombé !

Lou Reed,

Mort d'un Rock'n'roll Animal

 

Le chanteur et guitariste du Velvet Underground, groupe mythique du rock américain, est décédé à l'âge de 71 ans.

 

Lou Reed c’était : du cuir, Andy Warhol, le Velvet, Bowie et Berlin, Metallica et Bob Wilson. Une partie de l’art américain des années soixante, star un peu pute et droguée de la Factory warholienne, devenu vieille grenouille à bajoues, mais qui n’avait jamais perdu le goût du borderline.

 

Témoin sa dernière œuvre : une musique  composée avec le groupe de hard Metallica pour Lulu, la pièce de Wedekind déjà mise en son et en chef-d’œuvre par Alban Berg en 1937. Lui travaillera avec le metteur en scène Bob Wilson, excusez du peu. Lulu, l’histoire d’une prostituée, justement, façon de revenir à la chanson qui avait rendu Reed célèbre en 1972 : Walk on the wild side, qui parle des transsexuels de la Factory.

lou reed.jpg

On disait que Warhol le tripotait dans les coins, qu’il était l’amant de Bowie. Il épousa en 2008 sa compagne, la musicienne expérimentale Laurie Anderson. C’est elle qui déclarait en mai dernier qu’une greffe du foie l’avait sauvé. On peut toujours espérer. L’annonce de sa mort est tombée aujourd’hui à 13h15 aux Etats-Unis heure locale, sur le site du magazine Rolling Stone.

 

Lou Reed, c’est donc au départ un artiste pas tout à fait complet, qui est le chanteur du Velvet Underground, groupe mythique fondé avec le compositeur John Cale, un proche des minimalistes comme La Monte Young. L’album The Velvet Underground & Nico sort en 1967. Ils sont une des «créatures» d’Andy Warhol qui les «produit», comme il produit les films de Paul Morrissey. Warhol est un catalyseur, mais aussi un dévoreur. Difficile après cela de mener une carrière solo. Le Velvet en revanche aura une descendance fournie : Sonic Youth et toute la scène noisy des années 80.

 

C’est David Bowie qui sort Lou Reed de la panade et qui l'aide à atteindre le succès avec Transformer (1972), qu'il produit. Berlin (1973), où Bowie et Iggy Pop sont allés visiter Neukölln et respirer un peu l’air de la ruine, de la culpabilité et des mondes interlopes, est le premier vrai album solo de Lou Reed. Lui n'y a pas mis les pieds mais c’est l’époque du best-seller Moi, Christiane F, droguée, prostituée. Reed incarne au masculin cette autodestruction romantique, mais chaussé de lunettes noires et de métal bouillant. Dès le début, en 1964, il avait composé Heroin, hymne lancinant à la mort lente.

La suite est moins iconique. Ses albums sentent moins le soufre. En 1975, le double vinyle Metal Machine music déchire cependant volontiers les oreilles avec plus d'une heure de larsen. On le retrouve en 1990 avec Songs for Drella, un dernier hommage à Andy Warhol, composé avec son vieux complice John Cale. Il avait donné des concerts jusqu’en 2011, avec toujours un extrême succès et des millions de fans restés scotchés à Berlin.

Eric LORET

Libération : http://next.liberation.fr/musique/2013/10/27/lou-reed-est-mort_942734

 

samedi, 26 octobre 2013

Sweet Summer Sun

Concert de Paul Dugdale
Avec Les Rolling Stones

 

 

stone free

Résumé

 

LES ROLLING STONES FETENT LEUR 50ème ANNNIVERSAIRE EN EXCLUSIVITE AU CINEMA !

 

Diffusion en exclusivité au cinéma, lundi 4 novembre à 20h, de « Sweet Summer Sun – Hyde Park Live », le concert historique et inédit des Rolling Stones à Londres, dans une soixantaine de salles partout en France.

stone freeCet été, ils étaient 100 000 à fêter le cinquantième anniversaire de la montée des Stones sur scène et leur grand retour dans leur ville natale sur la scène plein air d’Hyde Park ! Les Rolling Stones ont délivré un spectacle triomphal de deux heures et enflammé l’enceinte d’Hyde Park par leur énergie et vitalité mythiques, 44 ans après leur légendaire concert dans le parc londonien.

stone freeOn imagine l'émotion de Mick Jagger lorsqu’il s'est adressé à la foule : « Y a-t-il des gens qui étaient là en 1969? », a-t-il demandé aux 100 000 spectateurs. « Dans ce cas, bienvenue, ça fait du bien de vous revoir ». Infatigables, Mick Jagger, Keith Richards, Charlie Watts et Ronnie Wood ont enchaîné tube sur tube devant des fans chauffés à bloc : Start Me Up, Brown Sugar, Jumpin’ Jack Flash, Miss You, It’s Only Rock ‘n’ Roll, Gimme Shelter, Doom and Gloom et Sympathy for the Devil et bien d‘autres !

 

Avec la diffusion unique et exclusive au cinéma de "Sweet Summer Sun – Hyde Park Live", les fans auront le privilège d’être aux premières loges de l’histoire du rock et de découvrir sur grand écran, ce concert spectaculaire filmé en haute définition avec 19 caméras et agrémenté d’un son 5.1. Déferlante de tube, images nouvelles et inédites en coulisses, gigantesque feu d’artifice, les Rolling Stones font revivre leurs souvenirs à leurs plus anciens fans et galvanisent les nouveaux !

 

stone free

 

samedi, 12 octobre 2013

Keith Richards échappe à un attentat à la bombe

 Rolling Stones : Keith Richards échappe à un attentat à la bombe

Un sexagénaire dérangé détenait un arsenal et une machine infernale qu'il voulait "offrir" au guitariste...

Les albums des Rolling Stones sont explosifs. Il ne faudrait pas que leurs interprètes explosent à leur tour ! Keith Richards, leur guitariste co-fondateur du groupe en 1962, avec Mick Jagger, Brian Jones et Ian Stewart, vient d'échapper à un attentat à la bombe.

Selon les sources de TMZ, l'auteur de cette tentative serait "un homme riche du Connecticut (qui aurait amassé des centaines de fusils dans son manoir à plusieurs millions de dollars)". Il a été arrêté "après avoir déclaré à la police qu'il était en train de construire une bombe ... pour le guitariste des Rolling Stones Keith Richards"

stone free

La police a expliqué que Joseph Callahan, 69 ans, a l'appelée voilà une semaine en expliquant qu'un individu s'était introduit dans sa demeure. Lors de la perquisition du domicile, pas de monte-en-l'air mais de quoi descendre la moitié de Los Angeles. Des armes à feu, donc, mais aussi des explosifs. Et notamment, pas moins de 100 kilos de nitrate d'ammonium, un constituant de la bombe qui avait été utilisée dans l' attentat contre le World Trade Center en 1993 !

Cet artificier amateur semble légèrement allumé, car il a admis auprès des enquêteurs qu'il avait l'intention d'offrir cette bombe à Keith Richards... sans "intention de lui faire du mal". Bref, direction la garde à vue et 72 heures d'examens au terme desquels le sexagénaire a été inculpé de 112 chefs d'accusation. TMZ détaille : possession illégale d'explosifs, mise en danger par imprudence et fabrication de bombes.

Défense de Joseph Callahan : "C'est mon hobby" . Argument de son avocat : son client "était mentalement instable au moment de son arrestation, mais s'est stabilisé depuis et a été remis en liberté". Une pierre qui roule de nouveau dans le jardin des Etats-Unis, mais fait quand même un peu peur... 

Le Nouvel Observateur octobre 2013 

dimanche, 06 octobre 2013

THE CLASH !!!! UN COFFRET ....

THE CLASH !!!!

Les-Clash-se-font-coffret_article_landscape_pm_v8.jpg

VOIR L'interwiew sur PARIS MATCH

http://www.parismatch.com/Culture/Musique/Les-Clash-se-fo...

Remember :

5 mai 1981, the CLASH à LYON.... GRANDIOSE !!!

http://pappy-srock.midiblogs.com/archive/2006/10/31/1981-...

vendredi, 26 juillet 2013

L'éternel "bad boy" du rock, Mick Jagger, a 70 ans

Le chanteur des Rolling Stones Mick Jagger, au déhanché mythique, fête vendredi son 70e anniversaire et continue à déchaîner les foules lors de ses rares apparitions sur scène, même s'il n'incarne plus vraiment le "mauvais garçon" du rock.

Tout de noir vêtu sous des vestes scintillantes, Mick Jagger s'est ainsi trémoussé pendant plus de deux heures le 14 juillet sur une scène de Hyde Park à Londres, devant une foule conquise de plus de 65.000 personnes. Sans faillir, il a enchaîné les plus grands hits des Rolling Stones parmi lesquels "Jumpin' Jack Flash", "You Can't Always Get What You Want", "Satisfaction" ou "Sympathy For The Devil".

C'est à l'issue de cet ultime concert de la tournée célébrant les 50 ans de carrière du groupe, qu'il a décidé de fêter, en avance, son anniversaire dans un club privé de Londres, avec ses enfants et quelques amis. Une soirée qui s'est sagement terminée à 1H35 du matin quant elle aurait "duré plusieurs jours dans ses jeunes années", soulignait le Daily Mail.

 

stone free

 

Moins fêtard, l'ancien amant de Marianne Faithfull et de Carla Bruni, père de sept enfants de quatre femmes différentes --la chanteuse Marsha Hunt, les mannequins Bianca Perez Morena, Jerry Hall et Luciana Morad--, semble également s'être assagi côté coeur. Il est ainsi en couple depuis plus de dix ans avec la styliste L'Wren Scott, de 25 ans sa cadette.

Mais, si l'heure n'est plus aux excès de jeunesse, la retraite n'est pas pour autant d'actualité. Avant de se produire pour la première fois au mythique festival de Glastonbury (sud-ouest de l'Angleterre), le 30 juin dernier, Jagger a ainsi lancé à la foule: "si c'est la première fois que vous voyez le groupe, alors il faudra revenir"!

"Satisfaction"

Né le 26 juillet 1943 à Dartford (Kent) dans une famille de la classe moyenne, Michael Jagger est entré en 1961 à la prestigieuse London School of Economics. Mais l'économie l'ennuie vite, il lui préfère déjà le rythm'n blues de Chuck Berry. Avec son ami d'enfance Keith Richard, puis Bill Wyman et Charlie Watts, il forme les "Rolling Stones". Leur premier 45 tours sort en 1963. Un an plus tard, le guitariste Brian Jones les rejoint.

En 1965, l'album "Satisfaction" les propulse vers la gloire et une vie de tous les excès qui forgera la légende des "mauvais garçons" du rock anglais, aux antipodes des Beatles arborant cravates et bonnes manières. La même année, Jagger, Wyman et Jones se font verbaliser pour avoir uriné contre le mur d'un garage.

Deux ans plus tard, le chanteur au physique androgyne est condamné à trois mois de prison pour possession de drogue. Sa peine sera finalement suspendue.

Les "Pierres qui roulent" sortent leur dernier grand tube en 1981, avec "Start me up". Mick Jagger décide alors de voler de ses propres ailes, mais aucun de ses quatre albums solo ne rencontrera le succès escompté. Dès 1988, il regagne le confortable giron des Rolling Stones, avec lesquels il enregistre de nouveaux albums et effectue plusieurs tournées internationales triomphales... et particulièrement lucratives. Parallèlement, Jagger goûte, avec un succès limité, au métier d'acteur. Il interprète notamment Turner, rock-star recluse dans le film-culte "Performance" (1970).

Homme d'affaires redoutable et richissime (sa fortune est estimée à 200 millions de livres, 232 M d'euros selon la liste 2013 des personnes les plus riches du Sunday Times), il se lance également dans la production cinématographique. Il a annoncé cette année vouloir coproduire un biopic sur le chanteur James Brown. En 2003, celui qui déclarait en 1977 "avec la Reine, je suis parmi ce que la Grande-Bretagne fait de mieux", est anobli "pour services rendus à la musique".

Un couronnement paradoxal pour cet anticonformiste qui a suscité l'incompréhension de certains, au premier rang desquels Keith Richard. Dans une interview à la BBC en juin dernier aux allures de bilan, Jagger revenait sur tout ce qu'il aurait aimé faire dans la vie. Homme politique, journaliste, enseignant ou danseur... "Mais je ne suis pas frustré (...). Etre un chanteur de rock, c'est assez peu exigeant intellectuellement, mais j'en ai profité au maximum", concluait celui qui rejoint au panthéon des rockers septuagénaires, Paul McCartney qui a soufflé ses 70 bougies l'année dernière.

Logo Stones Animé.gif

le Point.fr

Voir aussi Ouest France http://www.ouest-france.fr/ofdernmin_-Musique.-Mick-Jagge...

 

jeudi, 11 juillet 2013

Bill Wyman et ses Rythm Kings

 Ce soir, 11 juillet

Jazz à Sète :

Bill Wyman

 

Remplace Joe Jackson

 

Midilibre.fr

 

le-bassiste-des-stones-remplace-joe-jackson_562578_510x255.jpg

 

Le bassiste des Stones remplace Joe Jackson. (DR)

Fans desPierres qui roulentréjouissez-vous ! Ancien pilier du plus grand groupe de rock du monde Bill Wyman et ses Rythm Kings débarquent le 11 juillet au théâtre de la Mer. Un événement que l’on “doit” à l’annulation de Joe Jackson...

Un nouveau changement dans la programmation.


Mais, bien évidemment, on ne perd pas au change ! Malgré le surnom de The boring one (l’ennuyeux) que lui collèrent à la basse Mick Jagger et Keith Richards dans ses années Rolling Stones, de 1962 à 1993, Bill Wyman a su s’épanouir artistiquement loin des flashs des papparazis. Et des lazzis d’un Jagger qui aurait, selon la légende, eu ces mots lors du split artistique : « Rien de plus fastoche que de jouer de la basse, je m’en occupe. » 

Depuis 1997, Bill Wyman a publié six albums solos.

2004, inoubliable souvenir des deux jours passés avec 

 Bill Wyman

http://40anneesavectherollingstones.midiblogs.com/archive...