Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

jeudi, 29 mai 2014

Rolling Stones : les trois ingrédients (surprenants) de leur légendaire succès

 

Par Daniel Ichbiah.


http://leplus.nouvelobs.com/contribution/1201977-rolling-...

 

LE PLUS. Décidément, le succès des Rolling Stones ne se dément pas. À chaque concert, la réussite est au rendez-vous !

Pourquoi les papy rockeurs continuent-ils à nous faire rêver ?

La réponse de Daniel Ichbiah avec les extraits du livre "Les chansons des Rolling Stones".

 

Qu’importe leurs absences répétées…

Dès qu’ils reprennent la route, les Stones continuent de jouer à guichets fermés dans des salles accueillant les fans par milliers ou dizaines de milliers. En mars 2014, les billets pour leur concert au Stade de France le 13 juin se sont écoulés en 52 minutes. Mais au fait quelle est la formule magique derrière "Satisfaction", "Angie" ou "Paint it black" ?

 

La musique des Stones n’est comparable à aucune autre… À première vue, c’est un groupe de rock tout à fait ordinaire, fondé autour d’une base classique : deux guitares, une basse, un batteur. En dépit de cette forme traditionnelle, les Stones ne ressemblent pas à Nirvana, à Oasis, à Police ou à Led Zeppelin. Ils sont tout bonnement uniques...

 

stone free

 

Mick Jagger, leader des Rolling Stones, lors d'un concert à Tokyo, le 26 février 2014 (S.KAMBAYASHI/SIPA).

 

Qu’est ce qui les distingue d’autres groupes ? Trois facteurs majeurs.

 

1. Le chant de Jagger

 

En premier lieu, Jagger ne chante aucunement comme les autres chanteurs de rock. La plupart du temps, ceux-ci s’expriment dans un contexte dérivé de la musique européenne, ce qui signifie qu’ils interprètent des mélodies.

 

Jagger ne s’inscrit pas dans un tel courant. Sa façon de s’exprimer, de débiter et hacher les mots n’est pas celle d’un chanteur blanc. Elle se rapproche davantage du phrasé d’un Otis Redding ou d’un James Brown. Et oui… Jagger est un chanteur de RnB !

 

De fait, Jagger a souvent affirmé sa distance envers ce que l’on appelle le rock’n’roll. Il ira jusqu’à affirmer qu’il n’a jamais été inspiré par Elvis. "Je ne me considère pas comme la meilleur rockstar et cela n’a pas jamais été le cas. Je ne suis pas intéressé par le rock’n’roll blanc", a-t-il déclaré en 1975.

 

Deux années plus tard, alors que la vague punk explose, il va plus loin.

 

"Je trouve très difficile de danser sur le jeu de musiciens blancs car ils ne placent pas correctement les accents. Ce n’est pas que ce soit trop rapide, c’est juste que tous les accents sont au mauvais endroit. J’ai toujours ressenti cela sur le rock blanc – depuis Elvis jusqu’aux Sex Pistols."

 

2. Le baromètre du groupe ? La guitare de Keith Richards

 

Ce qui rend le son des Stones si rare tient donc en premier lieu de cette combinaison : un chanteur de RnB sur une rythmique d’un rock teinté de blues. Il existe une autre particularité dans la sonorité du groupe, que Bill Wyman a dévoilé à Victor Bockris, biographe de Keith Richards.

 

"Tous les orchestres suivent le batteur, sauf nous", a raconté Wyman. "Chez nous, le batteur suit le guitariste rythmique, à savoir Keith Richards."

 

Et oui… Celui qui marque le tempo, celui sur lequel s’ajuste les autres musiciens est Keith. Charlie Watts accuse donc perpétuellement un infime retard par rapport au lead guitariste et il en résulte un maillage presque inimitable.

 

3. Le sens du swing. Eh oui !

 

Si l’on ajoute à cela que ce même Watts a un jeu de batterie très particulier, assez basique mais trouvant son origine dans le jazz, l’on obtient le troisième ingrédient : un certain sens du swing, que l’on rencontre rarement dans la frappe des batteurs du rock. Keith Richards a commenté la chose ainsi :

 

"Je ne sais pas comment il a fait pour être aussi bon. Il serait le dernier à être d’accord mais pour moi, il est LE batteur. Il n’existe pas beaucoup de batteurs de rock qui aient du swing. La plupart ne savent même pas ce que le mot veut dire."

 

Résumons-nous : un chanteur de RnB qui s’exprime sur la rythmique rock d’un champion du genre, un batteur swing qui se cale sur ce même guitariste.

 

Les Stones, c’est cela et bien d’autres choses, mais ces trois facteurs distinguent clairement ce groupe et lui donnent, lorsqu’il est au meilleur de sa forme, quelque chose qui ne ressemble… qu’aux Stones.

 

 

Commentaires

Merci pour ce billet intéressant .

D' abord j' aime les Stones.

Mais j' observe que d' autres chanteurs anglais ont aussi chanté comme des noirs : Eric Burton des animals,Van Morrison des Them,...

Je note que le batteur et le guitariste du groupe " The Who" se basaient sur le bassiste Entwistle .

Enfin côté swing je signale que les " Doors" c'était pas mal non plus.

Votre conclusion me plaît bien car elle garde intact le mystère des grands groupes rocks: les Stones ne ressemblent qu' à eux finalement. Comme Led Zeppelin ne ressemble qu' à Led Zep, idem pour les Kinks,etc,...

Écrit par : jane | vendredi, 23 mai 2014

Hello Jane !

J'adhère complètement à votre commentaire.
J'ai aussi aimé tous les groupes que vous citez. J'ai eu la chance de voir plusieurs fois sur scène (à Lyon) the Who. voir blog :
http://pappy-srock.midiblogs.com/, malheureusement pas les autres

En ce qui concerne les Rolling Stones j'ai l'immense bonheur d'avoir nos deux billets pour le Stade de France. J'espère qu'il en est de même pour vous !

A vous relire avec plaisir
@+
Rockin'Daddy

Écrit par : Rockin'Daddy | samedi, 24 mai 2014

Rocking Daddy vous en avez de la chance.

J'ai pu admirer les " Rolling Stones" en 1976 (aux Abbatoires de La Villette) puis en 1982 (à l' hippodrome d'Auteuil avec le groupe Téléphone en première partie). J'ai conservé les tickets! Ma période préférée est celle qui va de " Aftermath" au départ de Mick Taylor.

Enfin, j'ai assisté à trois concerts des immenses WHO : 1972 (fête de l'humanité), 1974 (Ballard ) et 1976 (Villette) donc avec Keith Moon himself !.

Merci à ces artistes qui accompagnent nos vies et rendent la vie plus belle. Bon stade de France.

Écrit par : Kris | samedi, 24 mai 2014

Les commentaires sont fermés.