Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

vendredi, 28 février 2014

Les Stones à Abu Dhabi

Mick Jagger, Keith Richards et la bande des Rolling Stones étaient hier soir à Abu Dhabi.

Notre reporter Benjamin Locoge aussi (Paris Match).

 

stones abu dabhi.jpg

 

Ils ne s’étaient jamais produits dans les Emirats. Pour la première fois de leur longue carrière (52 ans d’existence), les Rolling Stones jouaient hier soir à la DU Arena d’Abu Dhabi, soit un petit stade en plein air pouvant accueillir 30 000 personnes, pour le lancement de leur nouvelle tournée mondiale «14 on tour».

Les places les plus chères (environ 600 euros) n’ont pas été prises d’assaut mais l’arène affiche quasiment complet quand les lumières s’éteignent à 20H50. Sans chercher à impressionner les Stones attaquent avec un « Start me up » usé jusqu’à la corde. Le ton est donné : ce soir les Glimmer Twins ne veulent pas impressionner mais simplement dérouler leurs plus grands tubes devant un public qui ne les a jamais vus.

 

Evidemment Mick Jagger mène le bal, svelte, très séduisant avec ses cheveux mi-longs. Derrière Keith Richards semble sorti de la naphtaline mais cela ne l’empêche pas de jouer comme un Dieu. «It’s only rock’n’roll» et «You got me rocking» sonnent fort, juste. Ron Wood prend les solos, Darryl Jones fait rugir sa basse, mais tout le monde se tourne vers Chuck Leavell quand il s’agit de démarrer.

Ce soir, les Stones paraissant appliqués, concentrés, Ron et Keith jouant «en bloc» devant Charlie Watts, imperturbable. Le dispositif scénique n’a rien de la grandeur passé. Une vaste avancée dans la foule permet à Mick d’exercer quelques petites foulées et un immense écran géant occupe le fond de scène. C’est sobre mais diablement efficace.

 

Keith s’empare du micro, que Mick lui laisse sans un regard…

 

Rarement jouée « Emotional rescue» fait danser la foule (plutôt âgée devant, incroyablement jeune derrière). Malgré leurs 278 ans à eux quatre, les Stones vont à l’assaut du public comme s’il s’agissait de leur premier concert. Impérial Jagger harangue les spectateurs, rigole avec eux. «Avec Keith nous sommes allés au Ferrari world (un musée d’Abu Dhabi consacré à la marque italienne). Nous avons acheté des voitures, mais quand nous avons voulu les essayer sur le circuit, nous n’avons croisé que des vélos… » Saluant les différents émirats, Jagger est ovationné lorsqu’il évoque «les gens venus de Dubaï» après une version de «Angie» bien foutue. «Paint it black» fait rugir la foule, comme «Honky Tonk women».

Quand Keith s’empare du micro (que Mick lui laisse sans un regard…), c’est pour interpréter «Slipping away». Peu habitué à cette chanson, Richards rate l’intro et doit la recommencer.

Il est discrètement accompagné du souriant Mick Taylor, ancien guitariste devenu invité de luxe sur chaque show depuis 2012.

Ce même Mick Taylor fait littéralement décoller le concert avec une version d’anthologie de «Midgnight rambler», Jagger semblant enfin avoir trouvé un complice avec qui échanger sur scène. La suite sera l’habituel déroulé de tubes, avec fougue et électricité, un peu trop en roue libre parfois. Si «Miss you» fait danser Abu Dhabi, «Gimme Shelter» est massacré par Lisa Fischer, la choriste, s’époumonant un peu trop. En rappel, les Stones ont fait appel à un chœur local pour les accompagner sur «You can’t always get what you want». Difficile de ne pas être ému par cette version spectaculaire.  «Satisfaction» clôt les débats au bout de 2h05 d’un spectacle impressionnant de maîtrise et de classe. Hier soir à Abu Dhabi les Rolling Stones étaient les rois du monde.

 

Ils seront à Paris mi-juin pour le prouver une fois encore au Stade de France.

 

Setlist du 21 février, Du Arena, Abu Dhabi

1/ Start me up
2/ It’s only rock’n’roll
3/ You got me rocking
4/ Tumbling Dice
5/ Emotional rescue
6/ Angie
7/ Doom & gloom
8/ Paint it black
9/ Honky Tonk Women
10/ Slipping away
11/ Before they make me run
12/ Midnight rambler
13/ Miss you
14/ Gimme Shelter
15/ Jumpin’ Jack Flash

Rappel
16/ Sympathy for the Devil
17/ Brown Sugar

 http://www.parismatch.com/Culture/Musique/Hier-soir-a-Abu...

Commentaires

Mick Taylor souriant c'est pas possible ... si?

Écrit par : vezzetti | dimanche, 23 février 2014

Les commentaires sont fermés.