Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

samedi, 08 août 2009

Hey ! Willy !

Le musicien américain Willy DeVille, le dandy de "Hey Joe", est mort

par AFP, 07 Août 2009

Le chanteur et guitariste américain Willy DeVille, explorateur d'une Amérique métisse et auteur d'une élégante version mariachi du standard "Hey Joe", est mort, a-t-on appris vendredi auprès de son organisateur de tournées français Caramba Spectacles.

Le musicien, qui allait fêter ses 56 ans, s'est éteint dans la nuit de jeudi à vendredi des suites d'un cancer du pancréas foudroyant, à New York, sa ville natale.

"Willy DeVille s'en est allé rejoindre cette nuit Edith Piaf, Jack Nitzsche et Johnny Thunders", a indiqué Caramba Spectacles, en référence à la chanteuse française qu'il admirait, à son producteur et à son compère des New York Dolls, avec qui il avait débuté en pleine vague punk.

Willy Deville.jpgLe chanteur, qui prévoyait de travailler sur un nouvel album en 2010, avait quelques mois auparavant dû annuler une tournée européenne prévue cet automne, à la suite d'ennuis de santé.

Avec son groupe Mink Deville, il se produit sur la scène du légendaire club new-yorkais le CBGC's aux côtés des Ramones, avant d'enregistrer son premier album "Cabretta", avec Nitzsche, ancien arrangeur de Phil Spector.

Plus apprécié en Europe que dans son pays, Willy DeVille entame une carrière solo en 1987. Il explore toute la mythologie musicale de l'Amérique et de ses métissages, mêlant le rythm and blues urbain des années 50 et 60 aux sonorités latino et portoricaines.

Après des incursions dans la soul et la salsa, sa musique s'imprègne des influences cajun de la Nouvelle-Orléans, où il s'installe dans les années 90.

C'est à cette période qu'il reprend le classique du rock américain "Hey Joe", en y apposant d'inattendues tonalités mariachi, qui conviennent à merveille à son look de dandy émacié, longs cheveux noirs et fine moustache.

Le titre, qui lui vaut un succès international, est tiré de son album le plus abouti "Backstreets of Desire" (1992), sur lequel il collabore avec le légendaire bluesman Doctor John, inspirateur d'Eric Clapton et des Rolling Stones.

Amoureux de l'Hexagone, où il y avait enregistré une partie de son émouvant album "Le Chat Bleu" (1980), ce crooner à la voix rauque et sensuelle était particulièrement apprécié du public français.

Son dernier album "Pistola" est paru en 2008.

Willy deville.JPG

 

 

 

1dav71.gif

J’ai eu le plaisir de le rencontrer dans un show case à la FNAC de Nîmes il y a quelques années et j’en garde un très bon souvenir.

The Doc’

18:12 Publié dans Musique | Lien permanent | Commentaires (1)

Commentaires

*

Écrit par : Doc Fofo | samedi, 08 août 2009

Les commentaires sont fermés.